Il y a des produits qui parfois nécessitent du temps afin d’être testé. Effectivement, c’est sur la durée d’utilisation qu’on se rend vraiment compte des avantages et inconvénients. C’est le cas pour les couches réutilisables que nous avons testé avec « M » après l’arrivée du petit Frère de « A », le petit « T ».

Après 18 mois de tests, voici un avis détaillé de parents sur les couches lavables.

Pourquoi choisir des couches lavables?

Choisir des couches lavables c’est avant tout une question lié a un choix de vie.

Quand on sait le nombre de couches jetables qu’un marmot consomme dans sa tendre enfance on se dit que la masse qu’engendre ces couches peut manifestement être diminuée. C’est avant tout un geste écologique.

Pas uniquement! car c’est aussi un geste économique.

Mais ce n’est pas uniquement la seule motivation. Il y a aussi l’envie passer du temps à laver des couches plutôt qu’à mater des séries Netflix. Oui car derrière le petit geste écologique il y a un sacrifice qu’il ne faut pas négliger.

Les bons côtés des couches lavables, moins de poubelles et un économie sur le long terme:

Moins de poubelles:

La première chose qui est frappante quand on se sert de couches lavables pour bébé, c’est la quantité de déchets produits en moins. Les sacs poubelles se remplissent beaucoup moins vite. J’insiste sur le beaucoup. Je pense à un volume de 30 litres en moins par semaine ce qui est assez important.

Ca doit fait de l’ordre de 3kg par semaine. Sur une année, on est sur une centaine de kilo. Plutôt pas mal compte tenu qu’en moyenne, un habitant produit 350kg de déchet par an (voir ici pour les chiffres).

La diminution du volume de la poubelle est vraiment flagrante en période de vacances ou nous utilisions les couches lavables presque en permanence.

Plus facile à gérer quand bébé grandit:

Les premières couches lavables, c’est parfois la « cacatastrophe » (je vous l’explique juste après).

Mais quand bébé grandit, c’est à dire que ces selles deviennent un peu plus dures (et de ce fait plus odorantes), la récupération du petit cadeau est beaucoup plus aisé.

Dit comme ça c’est mignon, mais en réalité ça s’appelle de la merde.

Bref, les couches réutilisables c’est galère juste au début, ça va mieux par la suite.

Des économies sur le long terme:

Qu’on soit clair, les enfants c’est un budget.

En comptant le lait en poudre et les couches on arrive rapidement à des sommes qui ne sont pas négligeables.

En ces temps compliqués, quelques économies sont les bienvenues.

Mais quand on pense couches réutilisables, il faut penser sur le long terme. Effectivement, il y a un investissement initial qui n’est pas négligeable.

Couches lavables budget initial
Il faut prévoir un budget initial non négligeable pour s’équiper en couches lavables

Budget d’achat des couches réutilisables:

Cet investissement va dépendre du nombre de couches que vous allez acheter.

Pour être tranquille, il en faut au moins une bonne dizaine, sachant qu’une couche équipée vaut environ 20 euros.

On peut de ce fait faire un petit comparatif rapide. En partant sur 15 couches réutilisables, on atteint un chiffre de 300 euros d’investissement initial (20 fois 15 si les maths c’est pas votre fort). C’est le prix pour l’occasion. Acheter des couches d’occasion ça peut paraître bizarre, mais en réalité pas mal de parents souhaitent s’y mettre et abandonnent rapidement. Les couches sont alors comme neuves, mais au prix de l’occasion.

Comparatif avec les couches jetables:

Il suffit maintenant d’estimer le nombre de couches que cela représente.

En prenant par exemple des couches Bio (disponibles ici par exemple) on est à 50 centimes la couche.

L’investissement dans les couches réutilisables de 300 euros représente donc 600 couches jetables.

A un rythme de 5 couches par jour environ, la rentabilité est atteinte au bout de 120 jours.

Soyons larges et n’oublions pas d’inclure les éléments qu’il faut racheter parfois en plus (les inserts par exemple, c’est expliqué après) et la lessive: on peut rajouter 60 jours de plus – soit 300 couches ce qui équivaut à 150 euros d’achat.

Au final, les couches réutilisables sont amorties au bout de 180 jours ce qui représente environ 6 mois.

L’investissement sur le long terme n’est donc pas si long que ça. Même en utilisant des couches lavables à mi temps, le retour sur investissement se fait en un an.

combien coute les Couches lavables?
Les couches lavables, une rentabilité bien meilleure que le livret A

Les économies réalisées pour de vrai:

La « vérité vraie », la voici.

En achetant des couches réutilisables, vous allez faire des économies substantielles de l’ordre de plus de mille euros.

Vous n’y croyez pas?

Voici les chiffres de mon calcul.

Au bout de 180 jours, les couches lavables sont amorties.

En partant sur une utilisation pendant 2 ans des couches (c’est un minimum), on économise 730 jours (2 ans) – 180 jours = 550 jours de couches.

Sur une moyenne basse de 4 couches par jour (pour absorber le cout de l’eau consommée pour les machines à laver), ce sont pas moins de 1100 euros économisés!

Les inconvénients des couches lavables:

Plus de main d’œuvre:

C’est le point qui rebute pas mal de monde: le temps qu’il faut passer à s’occuper des couches réutilisables pou bébé.

Effectivement, il faut se réserver pas mal de temps quand on décide d’utiliser des couches lavables pour bébé. Il faut

  • Les nettoyer avant de les passer à la machine à laver.
  • Ensuite préparer et faire la machine à laver de couches lavables.
  • Etendre les couches.
  • Les assembler pour pouvoir les utiliser à nouveau.
temps pour utilisation et lavage des Couches lavables
Utiliser des couches lavables c’est aussi une question de temps

Il faut avoir le coeur bien accroché (surtout au début):

C’est un inconvénient qui peut passer en tête de liste pour certains. Effectivement avec l’idée de couche réutilisable, il faut savoir se confronter aux besoins de nos chérubins: le pipi et le caca.

Vous vous douter que la partie urine n’est pas très difficile à gérer et que c’est avec la partie solide qu’il y a plus de réticence.

En réalité, c’est surtout quand bébé est petit qu’il y a des « cacatastrophes » et qu’il faut avoir le coeur bien accroché avec les couches lavables. Mais c’est aussi le cas avec les couches classiques avec par exemple les cacas exploisifs, avec qui, couche réutilisable ou pas, c’est vraiment la « merde ».

Quand bébé commence à grandir, l’utilisation des couches lavables devient beaucoup plus simple. Ca se passe en général au moment de la diversification alimentaire quand les scelles deviennent un peu plus compactes.

Les couches chez Nounou?

La gestion des couches lavables est un peu plus compliquée avec la Nounou.

La notre par exemple n’est pas contre le principe dans la mesure ou elle nous a proposé de mettre les couches dans un sac a récupérer le soir.

Nous n’avons pas voulu pour une simple raison: celle de devoir se farcir le nettoyage des couches à chaque retour.

Nous avons donc opté pour une utilisation les jours de présence à la maison (le petit deuxième « T » est avec nous à la maison 4 jours sur 7 et pendant toutes les vacances scolaires).

La nuit?

La nuit il est tout à fait envisageable de mettre des couches lavables. Il faut ajouter un insert supplémentaire qui permet de tenir un peu plus longtemps.

Une fois de plus nous n’avons pas fait ce choix pour des questions de confort pour bébé. Effectivement avec tous ces inserts, ça commence à faire des couches énormes et pas très confortables.

A mettre avant de marcher:

Ce n’est pas forcément un inconvénient mais plus un point a prendre en compte: Il faut mettre les couches lavables à bébé avant qu’il ne marche.

En effet nous avions essayé avec la petite « A » – la grande soeur – après qu’elle sache marcher. Ca la gênait clairement.

Nous avons donc mis les couches lavables plus tôt à son petit frère qui a appris à marcher avec sans souci.

Les couches lavables, un geste vraiment écologique?

Les arguments des détracteurs:

De l’eau consommée, des lessives en pagailles, une machine à lavée salie: autant d’arguments qui sont mis en avant par les détracteurs de la couche lavable qui estiment que les couches réutilisables ne sont pas écologiques.

Ces « anti », si on peut les appelés comme ça, on surtout un gros poils dans la main. Certains d’ailleurs le reconnaissent: ils ne veulent pas entendre parler des couches réutilisables car ça leur demanderait trop de temps.

Car effectivement, tous les arguments sont balayés de la main surtout au niveau économies d’eau.

Pourquoi je dis ça?

La vérité « vraie »:

Effectivement, il faut remettre les choses dans leur contexte. Les couches, ça ne pousse pas dans les arbres (ça s’appèlerai sinon un »couchier« ).

La culture du coton consomme énormément d’eau aussi, la fabrication des couches et le transport de ces dernières consomment beaucoup d’énergie également.

Au final, c’est un bilan écologique pas très joli à voir, j’irai presque jusqu’à dire que nos bambins, c’est une marée noire à eux seuls.

Comparatif de couches lavables, quel modèle choisir?

Pour faire simple il existe 3 systèmes de couches lavables:

  • TE1
  • TE2
  • TE3 : couche + culotte

(voir ici si vous voulez l’explication complète sur les tailles)

C’est parfois un peu difficile de faire la différence entre TE2 et TE1 à pressions, d’ailleurs certaines peuvent s’utiliser des 2 façons (en changeant tout à chaque fois, ou que l’insert)

Le mieux pour faire son choix, c’est d’aller sur un site de location.

Pourquoi louer les couches réutilisables?

  • Pour être sûr avant de se décider.
  • Afin de tester ce qui nous va le mieux (routine, besoins…) et ce qui va le mieux au bébé en fonction de sa morphologie.
  • Pour estimer la quantité de couches nécessaire à l’achat pour notre utilisation.

C’est « M » qui s’est occupée du choix des couches lavables est allée sur le site rebelle de nature.

Voici ce qui est intéressant:

  • La possibilité de tester plusieurs marques, on peut affiner sa sélection avec le site en fonction de ce qu’ils proposent et de ce qu’on recherche (que des TE1 ou des TE2 par exemple).
  • Les différentes formules possibles.
  • La possibilité d’étendre la location si besoin.
  • La possibilité de garder tout ou partie du lot, avec remise de la location si achat supérieur à 250€.
couche lavable location
Contenu du carton des couches lavables à louer

Composition du pack de couches lavables à la location:

Les couches réutilisables non testées:

P’tits dessous TE3:

Un lange + couche + culotte de protection, c’est trop pour moi, même si apparemment c’est le système le mieux pour bébé.

La ptite prairie TE2 :

L’insert est très épais avec de la polaire, ça m’a semblé beaucoup trop gros pour bébé.

Les couches lavables essayées une seule fois, puis rangées dans le carton de retour:

Pour ces couches, souvent j’ai eu du mal à les mettre et/ou des fuites, mais peut-être est-ce dû à une mauvaise utilisation de ma part. J’ai aussi l’impression que les petites tailles (4/8kg) pourtant adaptées à « T » ne lui convenaient pas en terme de morphologie (mio duo et Hamac).

Voici ce qui m’a gêné :

Couches Mio duo TE2 :
  • Existe en 2 tailles donc obligé de racheter d’autres lots au fur et à mesure qu’il grandit
    le système du lange simplement posé à l’intérieur, de plus long à sécher.
  • Fuites.
  • Doutes sur la possibilité de ne changer que l’insert.
BUM TE2 (en première impression je pensais que ça serait pas mal).
  • L’insert simplement posé à l’intérieur, long à sécher.
  • Fuites.
  • Doutes sur la possibilité de ne changer que l’insert.

couche lavable Bun

Hamac (l’une des marques de couches lavables les plus recherchées).
  • Existe en plusieurs tailles donc obligé de racheter d’autres lots au fur et à mesure qu’il grandit, 3 lots dans notre cas.
  • Fuites.
  • Doutes sur la possibilité de ne changer que l’insert.

couche lavable modèle Hamac

Les couches préférées et sélectionnées dans l’ordre avec les avantages:

Pop in TE1 à pressions ou TE2 suivant l’utilisation:
  • Les plus petites et fines malgré qu’elles soient évolutives de la naissance jusqu’à la propreté.
  • Plusieurs inserts que l’on peut superposer ou utiliser seul.
  • Matière en bambou bien absorbante.

couche réutilisable pop in

P’tits dessous TE2:
  • Système de 2 pressions et non de scratch pour fermer la couche, mais peut-être fragile à long terme (l’une des pressions de mon lot était abîmée).
  • Insert assez épais à fixer à l’intérieur (plié en trois).
  • Mais je n’ai jamais pu changer uniquement l’insert, et assez long à sécher.

Bébés lutins TE1 à pressions ou TE2 suivant l’utilisation:
  • Système de 2 pressions et non de scratch pour fermer la couche, mais peut-être fragile à long terme
  • insert assez épais à fixer à l’intérieur, à plier en 2, et 1 autre qui peut être posé en plus par dessus
  • Mais je n’ai jamais pu changer uniquement l’insert, et assez long à sécher. De plus la forme de la couche au niveau de l’entrejambe est très large comparé aux autres, donc peut être gênant pour le bébé.

Mio solo TE1:

Je ne voulais pas de TE1 sans pression (insert accroché à la couche) car pas possible de ne changer que l’insert si on le veut et pas de sèche linge. Mais la forme lui a convenu, pas de fuites donc je m’en suis servie pendant la location.

Les accessoires pour les couches lavables

En plus de couches lavables, il faut prévoir pas mal d’accessoires supplémentaires pour être tranquille et que ça ne soit pas plus contraignant que ça ne l’est déja.

A avoir en plus des couches lavables :

  • Un seau à couches (ce modèle par exemple) pour stocker les couches sales avec un couvercle. Pour ça, il y a deux écoles: un stockage à sec ou dans de l’eau avec de l’huile essentielle de Tea Tree.
  • Un filet filet de lavage à mettre dans le seau, puis quand il est plein il va direct dans la machine pour le lavage (moi je fais tous les 48h max). J’en ai 2 pour tourner quand 1 est au lavage.

  • Un sac étanche pour les sorties, la nounou ou mettre les inserts sales lors du change (pour aller de la chambre au seau à couches). Certains en ont plusieurs, pour l’instant je ne m’en suis pas servie mais il en faudrait au moins 2 : 1 pour nounou et 1 pour les inserts sales s’il nous arrive de ne changer que les inserts.
  • Des rallonges de body : avec les couches lavables, on passe facilement à la taille de body supérieure à cause de la longueur mais pour la largeur au niveau des épaules du coup c’est souvent trop grand du coup des rallonges pour body ça peut être intéressant.
  • Des feuilles de protection : jetables, pour protéger les couches des selles, elles peuvent être réutilisées 2/3 fois en les lavant s’il n’y a eu que du pipi. Pour l’instant ça n’a jamais protéger entièrement les couches pour moi mais ça doit au moins limiter les dégâts.
  • Des voiles en polaire : à rajouter sur l’insert, cela fait une barrière « au sec » quand la couche est mouillée; ça laisse passer l’urine mais est imperméable au contact des fesses du bébé.
  • Du savon détachant : sur les conseils du site de location j’utilise le savon néobulle pour détacher les couches salies avec les selles avant de les mettre au lavage.
  • Du désinfectant miofresh : j’en rajoute à ma lessive pour désinfecter et détacher (disponible ici)

liste accessoires couches lavables pour enfant

Conclusion:

J’en avais à dire sur ces couches! Au final c’est avant tout une question de volonté. Il y a l’aspect écologique évidemment mais aussi économique.

Mais si vous n’avez pas le temps ni l’envie, passez votre chemin! Si ça n’avait été qu’a moi, je ne l’aurai pas fait (c’est l’agent « M » pour Maman qui a fait 90% du travail sur cette affaire).

D’ailleurs, concernant les économies réalisées avec les couches lavables, on se demande pourquoi elles ne sont pas financées par les organismes comme la CAF.  Effectivement, ça serait un bon moyen pour permettre aux familles d’économiser sur ce poste de dépense qui est vraiment considérable.